Ce projet… nous l’avons en nous depuis longtemps, très longtemps !!
Au fil de nos nombreux voyages, très vite une idée s’est imposée : un jour nous partirons nous aussi avec nos enfants pour un voyage au long cours !!

Les familles autour du monde ont toujours intéressé les médias. De nombreux reportages sont diffusés régulièrement sur ce thème pour comprendre le profil de ces familles atypiques, leurs motivations, leur parcours, leur budget… Nous les regardions avec gourmandise.

Et puis en 2008, Loïs arrive dans notre vie. A ce moment-là, nous prenons conscience qu’une aventure de ce type en famille, ça se prépare… et surtout que ça se finance !
Nous ouvrons alors un compte que nous nommons « le grand voyage ». Il a été alimenté irrégulièrement au début puis de manière de plus en plus structuré ces dernières années.

En 2012, voici le tour de Nina de montrer le bout de son nez et nous, de dire : «ça y est notre famille est au complet !». Nous pensons alors à notre projet de vie… sur le plus long terme … et ce projet revient rapidement dans les discussions…

Nous nous intéressons donc ensuite aux démarches administratives pour prendre une année sabbatique (l’école à la maison, la disponibilité professionnelle…). Certaines familles livrent leurs expériences sur le net en détaillant les préparatifs, les démarches administratives mais aussi le budget. Nous avons pu alors définir un budget qui réponde à notre mode de vie, nos envies, nos rêves…

Un jour de 2016, un peu avant le départ pour des vacances chez nos amis brestois, Nicolas et Aurélie, Seb consultait les comptes. Il se tourne alors vers moi pour me dire : « Ca y est, le budget est presque atteint ».
Notre projet pouvait enfin prendre forme…
Notre rêve devenait réalité ! Une année de liberté tous les 4 ! Une année pour être ensemble !
Une année d’aventure… à parcourir la planète… Mais où ?

Le continent sudaméricain s’est très vite imposé à nous : les cultures, une langue commune, la cordillère des Andes, la Nature, le budget journalier moyen, la gastronomie… mais aussi la sécurité des pays traversés (certes, toujours relative).

Ce que nous préférons en voyage, c’est le sentiment… au bout de quelques semaines… d’appartenir un peu à un nouvel endroit. C’est l’impression de maîtriser les rudiments d’une culture, d’un peuple, de ses habitudes … tout cela en quantité suffisante pour montrer à l’autre notre intérêt pour son pays, et l’honneur que nous ressentons d’y être les bienvenues.
Notre objectif n’a jamais été de parcourir un maximum de pays en une année, mais plutôt d’avoir le temps de nous fondre dans des cultures et des sociétés très différentes de celles que nous avons l’habitude de fréquenter en Europe.
Nous ne nous fixons pas d’autres objectifs que celui de saisir les opportunités de la vie. Nous nous laisserons porter par notre instinct, nos envies mais aussi par les circonstances qui s’affirmeront en nous, au moment où nous aurons des décisions à prendre.
Quand rien n’est prévu, tout est possible…
(Antoine de Maximy)