Viva Bolivia!

Classé dans : Bolivie | 2

La frontière bolivienne se rapproche et l’excitation qui va avec. L’appel de la montagne, de la haute altitude, de l’alti plano !!!

Nous passons deux nuits à Corumba, la ville-frontière brésilienne, nous retrouvons les deux camping-cars de français rencontrés plus tôt le mois dernier. C’est dimanche, c’est jour de marché : le marché est magnifique, la plupart des commerçants sont boliviens. Nous découvrirons le lendemain qu’ils font la queue en masse chaque matin pour aller travailler chez le voisin brésilien, plus riche.

Une fête est organisée dans le quartier, samba bien sur !! Les bières coulent à flot ici et depuis tôt dans la journée. Nous sommes très vite embarqués dans la frénésie brésilienne !

Le jour se lève, nous prenons la route vers la Bolivie après nos rituels quotidiens (remplissage de l’eau, carburant, vidange). Pas de difficulté pour sortir du Brésil puisque le flux des travailleurs sont boliviens. Il y a deux postes frontière, un entrant, un sortant.

En Bolivie, c’est le fête nationale, un défilé est organisé à la frontière ce qui complique nos démarches de sortie du véhicule. Mais c’est juste une question de temps… et du temps, c’est justement ce que nous avons le plus ! Ici, on ne plaisante pas avec la fête de l’indépendance. Les gens sont là en nombre, avec un drapeau bolivien à la main, les enfants sont costumés, cela rend notre attente intéressante ! sauf pour Seb qui patiente dans le bureau avec un agent zelé qui veut voir la camion devant son bureau alors que la manifestation est en cours et qu’elle ne nous permet pas d’approcher le véhicule. Il consent quand mêle après négociation à descendre le voir et parcourir une centaine de mètres pour constater qu’il est bien sur le territoire bolivien et qu’il correspond aux papiers en notre possession.

Nous allons pouvoir aller manger, prendre une carte prépayée pour notre téléphone local et acheter nos 2 « tazers » pour éloigner les chiens errants. Ils sont nombreux en Bolivie et peuvent être porteurs de la rage. C’est réellement le seul danger dans ce pays. Nous prenons dons nos précautions.

Nous faisons une pause en fin d’après midi et passer la nuit à Aguas Calientes un village traversée par une rivière d’eau chaude (34°/35°). Dehors, l’air est assez froid et une légère fumée s’élève au-dessus de l’eau. La baignade est magique. Vous imaginez bien que Loïs est le dernier à en sortir !

Le lendemain, nous reprenons la route, en direction de Santa Cruz, une pause à San José de chiquitos pour découvrir une église jésuite du 18ème siècle…. Avec ces allures de décor de western, ses rues poussiéreuses,  San José  ne manque pas de caractère. Son église est entièrement construite en pierre. En 1609, à une époque où l’Est de la Bolivie n’est encore qu’un territoire rural, les Jésuites lancent des missions d’évangélisation du sous-continent et fondent un Etat religieux autonome au Paraguay (une véritable théocratie). De là, ils se déploient pour étendre leurs missions aux régions voisines, Argentine, Brésil, Bolivie, s’aventurant dans des contrées sauvages non explorées par les autres Européens. Ils laisseront derrière eux un patrimoine remarquable (classé patrimoine mondial de l’Humanité).

Nous croiserons aussi des mennonites. Ces « blancs » de type germanique vivent ici en communautés fermées (comme un peu certains mormons américains). Ils se déplacent en calèche, n’ont pas de téléphone, ni de télé, taillent leurs propres vêtements. Les problèmes de consanguinités sont nombreux dans ces communautés. De très sombres histoires « post-seconde guerre mondiale » viennent encore noircir, un peu plus, le tableau. Certains seraient d’anciens nazis venus se faire oublier loin des tribunaux expéditifs de la fin des années 40.

Nous dormons à Pozo del Tigre, un petit village, très pauvre au vue de l’état des routes et des maisons. Quelques kilomètres de piste séparent ce village de la route asphaltée. Un camping-car n’a peut-être jamais parcouru ces rues, les enfants, toujours curieux, approchent quelques minutes après notre arrivée. Les questions fusent : qu’est ce qu’il y a l’intérieur, des lits ? une cuisine ? une douche ? ouahou !!!!! Combien de lits ? 3 ! Re ouahou !!! Une visite s’improvise bien entendu.

De belles rencontres vont s’opérer dans ce lieu. Nos enfants iront, au stade, sans nous, jouer au foot avec une partie de la bande, d’autres viendront discuter le matin avant d’entrée à l’école. Deux d’entre eux, n’allant à l’école que l’après-midi, se joindront à nous dans le camping-car pour discuter, échanges des regards, rire, faire des mathématiques… Des moments riches en émotion pour toute la famille.

Flickr Album Gallery Powered By: WP Frank

2 Responses

  1. Sergent Garcia

    Merci les amis pour ces photos et ces commentaires qui nous laissent rêveurs… surtout en cette période de rentrée !
    Vous semblez avoir vite pris le pli des découvertes et de l’impromptu…
    Et bravo à Loïs de porter haut et fort les valeurs footbalistiques de la France !
    On vous embrasse !!

  2. Mazeaud

    Donc les gars ne rentreront pas avec une queue de cheval… Merci pour ces posts, on voyage un peu comme ça.

Laisser un commentaire