Carthagène et la côte caraïbe

Classé dans : Colombie | 8

Pourquoi l’envie de faire cet article ne venait pas ? La question ne s’était pas vraiment posé mais c’est évidemment parce que c’est le dernier ! Le dernier de notre merveilleuse aventure. Nous venons de passer un mois sur la côte caraïbe. Nous avons trouvé quelques plages sauvages mais la plupart sont soit bondées de restaurants avec de la musique saturée qui sort des enceintes soit extrêmement sale soit les deux. Non, la cote caraïbe ici ne fait pas rêver. Donc lorsque nous trouvons un endroit magique, nous nous y accrochons. Le premier est un village blotti dans la forêt dans la sierra, il s’agit de  Minca. C’est un village adoré des germanophones, ils sont en nombre ici. Nous nous installons chez deux frères suisses allemands qui ont acheté une finca, créé un hôtel, aménagé un parking et accueillent maintenant les overlanders (les voyageurs en véhicule, nous quoi !). Ils ont également construit un barbecue en terre sous une hutte et autour d’un rond de feu où il fait bon discuter en mangeant des grillades et des chamalows. Des  balançoires ont été accrochées aux arbres et permettent de voler au-dessus de la rivière ! Depuis l’hostal Bolivar, nous pouvons aller à pied au village, à la cascade Marinka ou encore au pozo azul qui n’a rien d’azul mais qui est un lieu de baignade apprécié des colombiens. Dans le village, il y a une boulangerie française, des glaces artisanales, un petit vendeur de fruits et légumes adorables et surtout il y fait très frais. Parce que sur la côte, il fait très très chaud avec un taux d’humidité énorme. On rencontre beaucoup de monde dans cet hostal, beaucoup d’allemands, mais aussi des américains, des chinois… La journée il fait quand même chaud alors on se rafraîchit dans les rivières, picnic, bouquins, sieste. Il y a de belles araignées aussi qui nous tournent autour discrètement. On cueille les mangues et les fruits de la passion quand ils tombent des arbres, et avant qu’ils ne soient dévorés par les fourmis. Des oiseaux de toute les couleurs vivent ici, quel plaisir de se réveiller par leurs chants tous les matins (les tourterelles tyrossaises ne nous manquent absolument pas !). Nous visitons une ferme qui produit du cacao. Nous fabriquons notre propre chocolat artisanal et le guide nous prépare un masque de cacao pour clore la matinée.

Il est temps de tenter une virée sur la côte. « Tenter » parce que, comme nous l’avons dit, ce que nous en avons vu pour l’instant, ne nous donne absolument pas envie d’aller en voir plus. D’autres voyageurs nous ont parlé d’un camping près de Palomino qui semble répondre, sur le papier, à nos attentes. Et effectivement, nous y passerons une petite semaine de rêve. Un coin de paradis où nous sommes les seuls clients, juste nous, l’océan, les cocotiers et Yuri qui entretient le lieu et qui vient régulièrement nous proposer des mangues. Il nous amène aussi sa perruche de compagnie  qui ne peut plus voler (que l’être humain est altruiste !). Alors, on lui fait des câlins mais on sent bien que lorsque ses copains piaillent en haut des cocotiers, elle se ferait bien la male…

Nous avons pris le temps ici de… ne rien faire. Lectures et baignades occupent nos journées. De toute façon, il fait trop chaud pour faire autre chose. Il faut aussi collecter le jus de coco, puis en extraire le fruit. Nous allons au village voir les matchs de la Colombie pendant la copa américa. Superbe ambiance arrosée de bières, sourires et convivialité !

Le départ approche. Nous avons programmé une semaine à Carthagène. Mais avant, Seb initie Loïs à la plongée bouteille. Ils sont heureux tous les deux de leur aventure partagée sans les filles !!

Maintenant, il faut vider le camion, l’astiquer (dans les coins aux cotons tiges ! pour ceux qui nous connaissent bien !), le bichonner pour sa nouvelle famille. Nous l’avons vendu à une autre famille de français, Julien, Lucie, Nina et Sasha. Voici leur blog. Mais comme ils n’arrivent que fin août, il restera stocker à Carthagène pendant deux mois.

Nous nous installons dans un appartement que nous avons loué pour la semaine, deux chambres (!!), piscine, jacuzi, hammam, sauna, salle de sport. Il nous fallait un peu de repos avant de rentrer ! Carthagène ce doit être l’un des endroits du continent où il fait le plus chaud, constamment ! Alors, on ne sort se balader dans le centre historique que lorsque la chaleur est moins harassante, à partir de 16-17h. On profite des coucher de soleil sur les remparts, il y a des vendeurs de bières fraîches et de sodas dans des glacières tous les 10 mètres (sans exagérer, ceux qui connaissent, ne nous contrediront pas).

Carthagène de los indias c’est une des plus belles villes d’Amérique du sud. Elle fut très longtemps le plus grand port du continent. Sur sa côte, ont été acheminés l’or, les émeraudes et toutes les richesses du continent, envoyés ensuite vers l’Europe. Une immense muraille entoure la vielle ville, elle la protégeait des attaques des pirates (notamment français). A l’intérieur, des maisons richement décorées et colorées. Un patrimoine architectural qui nous laisse rêveur. C’est bien sûr un endroit ultra touristique mais lorsqu’on a le temps, on découvre des quartiers qui le sont moins, plus populaires. C’est ici notamment que les enfants échangent dans la rue les cartes manquantes de leurs cahiers « panini ». Un grand-père est assis là du lundi au samedi sur son bout de trottoir à chaque coupe de monde ou autre compétition sportive qui donne lieu à ces fameux « panini » qui traversent les générations.

Nous devons acheter des valises. Le camion est vide mais maintenant il faut trouver de la place pour mettre tout ce bazar, toutes nos affaires qui feront le voyage retour, tous ces souvenirs accumulés au fil des mois dans 4 bagages… Nous allons devoir faire des choix, même si une partie de nos affaires étaient repartis avec les grands-parents et que Béa et Christian ont deux sacs à nous dans leur camping-car qui traverse en ce moment même l’océan atlantique (merci à eux, ils ont les kilos de cailloux amassés par Nina).

Il est temps de vous laisser. Nous avons des bagages à boucler ! Alors, merci à vous de nous avoir suivi dans cette aventure, merci à ce continent, à ses habitants pour cette magnifique année, pour cet accueil qu’ils nous ont réservé… Au plaisir de vous revoir ! Muchissima gracias ! Fue un placer ! Suerte … siempre…

Flickr Album Gallery Powered By: WP Frank

8 Responses

  1. Reimmel

    Merci beaucoup a vous de nous avoir fait partager votre aventure. Bon retour en France et a bientôt. Bises.

  2. Brenet

    Merci surtout à vous de nous avoir fait vivre votre expérience, je vous souhaite un bon retour et à très bientôt pour Seb. Merci encore pour toutes ces photos magnifiques.

  3. Sarah et William

    C était vraiment un plaisir de vous lire cette année : d abord pour avoir de vos nouvelles et puis pour tout ce que vous nous avez appris sur les pays que vous avez traversés. Bon retour à tous les 4 et à bientôt peut-être dans le sidobre.

  4. Famille SERVIERES

    Merci pour cette belle année ou vous avez partager vos beaux moments. Bon retour à vous. Gros bisous

  5. villenave family

    TELLEMENT SPLEnDIDE CE QUE VOUS AVEZ VECU ET QUE VOUS NOUS AVEZ FAIT PARTAGER ; on a pu voyager un bout avec vous ! une année inoubliable pour vous 4
    tyrosse va vous sembler tellement « banale » ; mais bon , on est tous là, et on vous dit aux fêtes de tyrosse :)))
    bon retour chez vous ;biz

  6. Delph

    Comme le temps passe vite. Un an est déjà passé…. bon retour mes amis!!! On vous embrasse fort

Laisser un commentaire