Eruption volcanique, tremblement de terre et tsunami, le Chili en toute sécurité

Classé dans : Chili | 4

Nous débutons cet article à Villarica (extrémité Est du pays), nous le terminerons sur la côte ouest pacifique. Le Chili n’est large que de 175 km pour 4300 km de long!

Après notre traversée en bateau depuis l’Argentine pour rejoindre le Chili (c’est là que nous vous avions quitté), nous cherchons un bivouac pour la nuit. Il est tard. Nous pointons sur notre GPS sur un lieu de bivouac repéré par d’autres voyageurs qui ont su, par leur commentaire succinct, gardé une petite surprise aux voyageurs suivants. Nous approchons, par une piste, derrière une école. Quelques centaines de mètres plus loin, nous arrivons sur les berges du lac et nous découvrons une vue magnifique sur le volcan fumant Villarica sous un ciel bleu magnifique. Il fait chaud, très chaud, nous nous baignons dans les eaux transparentes du lac !

Nous prolongerons le bivouac une bonne partie de la journée : entre baignade et contemplation d’un des volcans les plus actifs du Chili. Les éruptions sont fréquentes même si elles n’ont pas lieu chaque année et qu’elles ne sont pas toujours meurtrières. La dernière remonte à 2015, le volcan a craché de la lave à 3 km de haut. Des dizaines de milliers de personnes ont été évacuées en prévention mais finalement l’éruption a été très brève et n’a fait aucune victime. Un français installé à Conaripe nous racontera que, depuis ce jour de 2015, ils gardent une valise toujours bouclée, prête à partir en pleine nuit si le volcan venait à gronder à nouveau.

Nous partageons une soirée avec Christelle et Marc, eux aussi, sont des voyageurs au long court. Nos 4 enfants font des histoires ensemble, construisent des univers de voyages, de volcans et d’aventures. Bon, ce soir, l’aventure se terminera par un doigt écrasé sous une pierre. Juliette aura un beau pansement… Heureusement, papa et maman sont médecin et infirmier.

Le Chili est le pays des « risques naturels ». Nous roulons entre les panneaux de prévention des éruptions volcaniques et ceux indiquant les zones de refuge en cas de tsunami. Les tremblements de terre sont moins fréquents mais peuvent être dévastateurs. En 2010, l’un d’eux de magnitude 8,8 sur l’échelle de Richter (kézako cette échelle ?) a détruit des bâtiments à plus de 100 kms autour de l’épicentre (les enfants, à vos dictionnaires !). Ce tremblement a provoqué un énorme tsunami qui a alourdi le bilan en pertes humaines du « terremoto » (à vos traducteur google !). L’Etat chilien est, depuis, beaucoup plus vigilant et a développé de nouveaux outils de suivi (pour être plus rapide au moment de l’évacuation de la population) et de prévention (pour mieux informer les populations sur la connaissance du risque, les attitudes à adopter, notamment fuir le plus haut possible et dans le calme). Les zones vers lesquelles se réfugier sont identifiées par des panneaux dans les villes côtières.

Après la région des volcans, nous voilà donc sur le littoral pacifique. Nous assistons à la grande migration des pélicans qui vivent l’autre partie de l’année au Canada. Avec l’arrivée du froid, ils quittent les côtes de l’hémisphère nord pour rejoindre les côtes chiliennes. Ce soir, nous sommes à Santo Domingo et des milliers de pélicans volent devant nous en direction du sud par groupe de 15 à 20 individus.

En arrivant à la playa Matanzas, un homme au volant de son 4×4 nous interpelle en français. Nino est chilien mais a vécu 40 ans en France. Il s’est exilé au moment de l’assassinat de Salvador Allende et du coup d’Etat de Pinochet. Il a envie d’échanger avec nous. Nous nous laissons alors guider jusqu’à une fête locale de village pour un repas de midi, enfin de 14h !! Il nous parle de la France, du Chili et de ses projets. Nous irons ensuite manger le dessert chez lui avec ses amis avant de retourner à la plage.

Nous y retrouvons nos amis belges (Gaultier, Eléonore, Félicien et Isidore). Nous avons la plaisir de passer de longs moments avec eux pour refaire le monde et le(s) voyage(s). Nous partageons une conception de la vie assez similaire, cela crée des liens indéniablement. Les enfants s’entendent très bien, ils jouent au foot, aux playmobils, ils discutent aussi beaucoup, refont leur monde à eux, l’école, la maison, les copains et leur(s) voyage(s).

La côte est parsemée de rochers et couverte d’un sable gris. Le matin, pendant un moment (un « ratito » comme on dit ici), nous profitons, seuls, face à l’océan des lumières du soleil levant, les enfants ouvrent un œil… Nous sommes loin… très loin de nos réveils quotidiens tyrossais ! Disfrutamos !

Vers 7h30, quelques voitures viennent se garer près de nous : les premiers surfeurs arrivent… enfin, les plus courageux d’entre eux… ceux qui veulent profiter de l’océan avant l’arrivée des moins matinaux…Les kite-surfeurs et les wind-surfeurs ont d’autres spots et arrivent quand le vent est plus fort… Il se lève en général aux alentours de 9h. Mais c’est en fin d’après-midi, qu’il est le plus tempétueux. Le spectacle est haut en couleur, les voiles sont magnifiques, le matos des chiliens impressionnant. Comme en Argentine, il y a des très riches (peu nombreux), des très pauvres (très nombreux) et une classe moyenne qui essaie de s’en sortir tant bien que mal (en tout cas, beaucoup moins bien que leurs parents avant eux à salaire égal) : ça ne vous rappelle rien !! Solidarité aux gilets jaunes!

Bon, trêve de considération politique, nous vous souhaitons à tous de joyeuses fêtes de fin d’année. La lettre au père noël est dans la boîte et le camion décoré !!

Flickr Album Gallery Powered By: WP Frank

4 Responses

  1. Caroline Asseeff Crouzet

    Feliz navidad!! besos…. antonin avait envie de vous écrire en espagnol, vous l’inspirez!

  2. Les Brestois

    Holà Loïs!
    Como estas? Mi bien. C’est bientôt la feliz navidad ! Qu’as tu commandé à noel ? Je viens de lire ton blog avec maman et ton voyage est fantastique ,j’aimerais vivre la même chose que toi ! J’espère qu’on se reverra bientôt pour que tu me racontes tous ça !

    Margaux.

  3. Les Brestois

    Très belles fêtes de fin d’année, sous le soleil de l’aventure et des coeurs! Et continuez à nous faire rêver! On vous embrasse fort!

Laisser un commentaire