Le géant de glace El Perito Moreno

Classé dans : Argentine | 3

Du nom d’un explorateur, scientifique et intellectuel argentin, Francisco Moreno, dit « Périto ». Un homme… un grand homme qui a tant apporté à son pays. L’Argentine donnera son nom, à raison, au plus grandiose de ces glaciers. Perito Moreno a notamment participé à de nombreuses expéditions, a découvert le lago Argentino et le Fitz Roy à une période où cette partie de la Patagonie n’était habité que par les indiens. Il a également joué un rôle important dans les négociations de détermination de la frontière entre le Chili et l’Argentine à la fin du 19ème siècle. Il propose que la frontière soit délimitée par la ligne de crêtes des sommets de la cordillère. Cette proposition sera acceptée par le Chili et entérinera les discussions. Il a également été ministre de l’éducation, a créé des écoles itinérantes, des écoles pour adultes, il a toujours été attentif au sort qui était réservé aux indiens par les siens, les « blancs », les créoles (les espagnols nés sur le continent sud-américains). Il protestera vivement contre les méthodes employées pour « les civiliser ». Il y a tant d’événements à vous faire partager sur sa vie, nous en ferions un roman !

Le glacier Périto Moreno donc … est le dernier glacier a avancé … encore … dans ce monde de réchauffement climatique … mais ce que l’histoire et le musée qui lui sont dédié ne disent qu’à demi-mot, c’est qu’il se réduit en hauteur. Il s’étend sur 30 km !

À la différence d’autres glaciers caractérisés, le Perito Moreno détache d’immenses blocs de glace par vêlage dans le Lac Argentino. À n’importe quelle époque de l’année, se produisent des effondrements constants de ses murs de glace. Nous avons assisté à plusieurs d’entre eux au cours des 8h passés à le contempler inlassablement.

Ce glacier avance mais au fait, de combien ? Il avance, tenez vous bien, de 2 mètres par jour… non ce n’est pas une faute de frappe… vous avez bien lu… 2 mètres par jour ! Il vit littéralement sous nos yeux, il craque, il glisse, il pousse et puis s’effondre !

Nous bivouaquons quelques nuits dans un « free camping » sur les rives du lac Roca. Nous nous mettons en mode trappeur, confection d’arcs et de flèches pour chasser (clin d’œil à notre chasseur à l’arc préféré Nicolas M.).

Loïs et Nina passeront des heures à s’imaginer en chasseur de gibier patagon, à parcourir le camping pour essayer de débusquer les lièvres … nombreux ici ! Mais cette fois pas de lapin à la moutarde dans la casserole (pardon aux lecteurs végétariens, Thérèse, je sais que tu es là).

Loïs commence à beurrer ses tartines (ce qui est un exploit pour ceux qui le connaissent un peu). Nina quant à elle pèle ses pommes seule maintenant, ça vous étonnera moins !

Retour à El Calafate, après quelques jours. Bruno et Isa, des amis tyrossais sont de passage dans cette région du globe, belle coïncidence. Nous allons au resto ensemble trinquer à ses retrouvailles ! Nous connaissions leur calendrier prévisionnel de vacances, nous avons légèrement adapté le nôtre. Quel plaisir de vous voir et de partager un bon repas en votre compagnie.

Après 15 jours passés dans le Parc national Los Glacieres, nous prenons la route en direction du Nord. La région de El Calafate sera le territoire le plus au sud de notre périple. Nous avons, maintenant, près de 2 mois devant nous, pour partir à la découverte du Chili !

 

Flickr Album Gallery Powered By: WP Frank

 

 

3 Responses

  1. De Oliveira

    Bonjour c est les enfans de l ecole des arenes. la vidéo était très impressionnante. et les photographies aussi.

    bonne fin journée.

    vivement vos prochaines aventures.

    Les enfants des Arènes

Laisser un commentaire